Reconstitution vivante et interactive

Du 23 avril au 6 novembre
Présentée tous les week-ends* et jours fériés
(comprise dans le billet d’entrée)

* Sauf les week-ends du 8-9 octobre et du 15-16 octobre.

Une animation conçue en collaboration avec l’historienne spécialiste de la gastronomie du Grand Siècle Dominique Michel et animée par deux comédiens d’Artem Production.

Une immersion dans les cuisines de Vatel…

les samedis de 14h30 à 18h30 et les dimanches de 11h à 17h, le château vous propose une immersion dans les cuisines de Vatel, la veille de la fameuse fête du 17 août 1661, donnée par Fouquet au roi et à la cour et dont Vatel fut le chef d’orchestre. Celui-ci doit réussir à éblouir le roi par la mise en scène et la décoration de la table, par l’audace et l’harmonie des mets, de la vaisselle et des couleurs. L’avenir de son maître, Nicolas Fouquet, est en jeu…

Vous pourrez ainsi découvrir Vatel en pleine répétition de l’ambigu («un souper – collation» où tous les, mets chauds et froids, salés et sucrés du repas sont disposés en même temps) destiné à Louis XIV et Anne d’Autriche qui arrivent à Vaux-le-Vicomte le lendemain. Les visiteurs seront plongés dans l’atmosphère de la cuisine de Vatel, parmi les bruits et odeurs de préparations diverses des mets prévus sur cette fameuse fête.

 

Le Grand Siècle, naissance de l’art culinaire à la française…

C’est au XVIIe siècle que la France voit naître un savoir-faire, très prisé et une gastronomie riche et savoureuse, dont le Château de Vaux-le-Vicomte est l’un des hérauts.

« Aujourd’hui, Vaux-le-Vicomte est l’un des premiers châteaux de France à disposer d’une salle à manger » explique Dominique Michel. En effet, ce n’est qu’au milieu du XVIIe siècle que les demeures privées et hôtels particuliers se dotent de pièces prévues pour y tenir des repas, et Vaux en est l’une des premières mentions françaises. «Vaux-le-Vicomte est l’un des rares châteaux à pouvoir proposer le reflet des cuisines du Grand Siècle».

 

Nicolas Fouquet et François Vatel, une relation de confiance…

Au cours de sa vie, François Vatel contribua largement au développement de l’art culinaire et du service à la française par la création de repas festifs, de buffets fastueux et de collations dans les jardins richement décorés et structurés. En tant que maître d’hôtel, il régit non seulement les mets réalisés en cuisine ou à l’office et organise l’art de la table, mais également le protocole du service de bouche dit service à la française.

Actif et doué pour l’organisation, fidèle à Nicolas Fouquet, il exercera des fonctions multiples et deviendra jusqu’en 1661 le factotum du surintendant ainsi que son homme de confiance. Aussi suit-il de près les travaux dans les demeures de son maître, que ce soit à Saint-Mandé ou à Vaux. Il sera notamment le chef d’orchestre de la fête du 17 août 1661 à Vaux-le-Vicomte, organisée en l’honneur du roi.

 

Zoom sur…le macaron à la rose

Petit gâteau fort à la mode, il est l’incontournable dessert au XVIIème siècle. L’eau de rose, qui s’associe si bien aux amandes, était alors utilisée pour éviter que les amandes ne tournent en huile lors du pilage manuel.

Ovale, rond, dressé à la seringue, à la poche ou à la cuillère sur des feuilles de papier, le petit macaron découvre au fil des siècles d’autres parfums, épices, café, chocolat, alcool. 

Share Button